La trottinette c’est aussi (surtout) pour les adultes !

Trottinette adulte : effet de mode ou tendance de fond ?

Lorsque nous avons commencé à développer le concept de Simone, en 2014, nous étions habitués à entendre des remarques comme « C’était bien quand j’avais 12 ans la trottinette, mais j’ai plus trop l’âge d’en faire» ou encore « une trottinette adulte ? Mais je vais avoir l’air de quoi ? ». Loin de nous décourager, ces remarques nous ont poussé à réfléchir à l’image jouet que ce produit pouvait avoir, pour pouvoir proposer quelque chose de vraiment différent, et adopté par tout le monde. Car oui, si vous en doutez encore, la trottinette est devenue un moyen de transport à part entière, comme on vous l’explique dans cet article.

Du jeu d'enfant pour familles bourgeoises...

Si les clichés sur l’image de la trottinette jouet persistent encore aujourd’hui, c’est parce-que l’histoire de la trottinette est liée depuis près d’un siècle à celle des enfants.

Son invention remonte probablement au 19ème siècle, mais les premiers dessins officiels que nous avons pu trouver datent de 1915. Quelques inventeurs, pour la plupart Anglais ou Américains s’intéressent au concept qui porte alors différents noms comme « scooter » (traduit aujourd’hui par trottinette) ou trolly for children (chariot pour enfant). Comme en témoignent les brevets déposés à l’époque, la trottinette est alors généralement constituée de pièces en bois, et se pratique assis ou debout, mais toujours par des enfants.

Brevet 1915
Un des plus anciens brevets déposés sur la trottinette, d’un certain Reed Alfred William (GB, 1915)

Dans les années 1920 – 1930, la trottinette n’est pas encore un jouet grand public, seules les familles aisées peuvent se permettre de l’offrir à leurs enfants. Le jouet se démocratise progressivement et connait des évolutions importantes. Dans les années 50, la pédale fait son apparition. Reliée à la roue arrière, elle permet de glisser sur de plus longues distances avant de devoir poser le pied.

 

trottinette 1936
Scène datant de 1936

...au jouet bon marché ultra-populaire

Malheureusement, la trottinette tombe peu à peu dans l’oubli jusque dans les années 90. La première évolution technique majeure qu’elle connait est le remplacement du bois par l’aluminium. La modernisation est en cours, et le premier boom arrive en 1997, avec l’invention de la trottinette pliable par Wim Ouboter. Dans les années 2000, les marques comme Razor envahissent alors les rues. Bien que la vision initiale de Ouboter était d’en faire un moyen de transport à part entière, à cette période, la trottinette n’est toujours pas adoptée massivement par les adultes. Ces années voient d’ailleurs le développement de la trottinette freestyle, toujours très prisée des jeunes d’aujourd’hui.

Après seulement 6 mois de commercialisation, ce sont pas moins de 5 millions de Razor qui s’écoulent. C’est probablement cette période qui inconsciemment, a fait naitre les préjugés que l’on connait toujours autour de la trottinette. Les clichés ont la vie dure comme en témoigne cette vidéo de 2016 ! [On aurait bien ajouté « vieux réac » mais on ne se permettrait pas 😉 ]

Mais revenons-en à nos moutons, dans les années 2000, tandis que les marques historiques comme Razor, JD BUG et Micro Mobility se font peu à peu déborder par l’afflux massif de copies de piètre qualité, certains créateurs commencent à se pencher sérieusement sur l’avenir du jouet : la transformation en véritable moyen de transport pour adulte.

Il faudra attendre les années 2010, pour que la trottinette adulte électrique, pourtant inventée depuis très longtemps, commence à faire sa place dans le paysage urbain. D’autres dérivés comme le footbike, font aussi leur apparition, pour le plus grand plaisir des habitants d’Europe du nord, adeptes de ce type de moyens de transport. Mais indéniablement, c’est l’apparition de modèles aux grandes roues qui suggèrent la transition de l’objet jouet à l’objet utile.

De la Razor des années 2000
frein-main
aux modèles urbains des années 2010

La tendance du moment

Plusieurs signes montrent que le second boom de la trottinette se prépare, et concernera les modèles pour adultes. Depuis une dizaine d’année, des dizaines de brevets sont déposés chaque année, les projets de designers fleurissent et visent à convertir les derniers récalcitrants. Même Uber se met à investir chez les startups les plus prometteuses, c’est dire s’il croit au potentiel de ventes ! Le géant Américain développe d’ailleurs discrètement son propre modèle de trottinette adulte dans ses entrepôts de San Francisco.

Dara Khosrowshahi

Pendant les heures de pointe, il est totalement inefficace qu’un mastodonte d’une tonne de métal emmène quelqu’un à 10 pâtés de maison.

Dara Khosrowshahi, PDG d’Uber, à New York, le 5 septembre 2018. CARLO ALLEGRI / REUTERS

La tendance est à la mobilité multimodale. Ce gros mot signifie que pour relier deux lieux, il est devenu nécessaire de proposer plusieurs solutions aux usagers des transports. La trottinette a ainsi plusieurs atouts à présenter, tels que son poids et son encombrement limités. C’est le candidat idéal pour résoudre la problématique du dernier kilomètre. De nombreuses entreprises se sont déjà positionnées sur le créneau, telles que Bird et ses trottinettes en libre-service, ou encore Mobistreet et son service de location.

Une image adulte à renforcer

Si l’on peut compter sur les firmes comme Uber pour ouvrir un marché mondial encore naissant, il n’en reste pas moins que l’image de la trottinette souffre encore de son histoire. Les concepteurs dont nous faisons partie doivent prêter attention à chaque détail pour espérer convaincre les adultes de laisser tomber leurs préjugés. Axer le produit sur l’usage, faire appel à des designers industriels pour casser les codes,  écouter les usagers des transports sont autant de critères cruciaux à prendre en compte dans le développement.

Dès le départ, l’idée de notre trottinette, Simone, a été centrée autour de, et pour l’adulte. L’urbain pressé, celui qui a besoin de gagner du temps, de ne pas être gêné dans les transports ni par l’encombrement ni par le poids. Ces 3 critères sont presque devenus un mantra pour nous, guidant chaque étape de la conception. Nos designers ont assis l’ensemble sur des formes volontairement « adultes » et le nom même de la trottinette s’est voulu détaché de l’image du jouet. C’est par cette démarche adoptée par tous les concepteurs de trottinettes du moment, que l’objet pourra enfin être accepté comme ce qu’il est : un moyen de transport pratique, au même titre que peut l’être le vélo pour de plus longues distances.

trottinette adulte
Image issue de la communication e-twow (spécialiste de la trottinette adulte électrique)

10 bonnes raisons d'utiliser une trottinette adulte (nommée Simone)

On ne pouvait pas terminer cet article sans vous donner le classique « 10 bonnes raisons de ». Et on ne s’est pas forcés pour les trouver !

1°) C’est pratique

15 secondes pour la déplier, 15 secondes pour la replier et la ranger au fond du sac, que demande le peuple ? Ah oui, tout ça dans un format à peine plus imposant qu’un bon bouquin et compacté dans 3.5kg. What else ?

2°) Ça fait gagner du temps

Utiliser une trottinette adulte divise par 2 voire 3 votre temps de marche. Dans bien des cas, cela rend son utilisation en complément des transports en commun plus compétitive que la voiture.

3°) C’est économique

Savez-vous que l’on perd plusieurs centaines d’euros par an à chercher une place de parking ou à attendre qu’un bouchon passe ? Garez-vous où bon vous semble et finissez votre trajet avec Simone !

4°) Ça rend indépendant (des autres moyens de transport)

Quelle satisfaction de voir que l’on est moins dépendant des conditions météo, des grèves, des retards… En cas de problème vous aurez toujours une solution de mobilité avec vous au fond du sac.

5°) C’est ludique

C’est un peu la cerise sur le gâteau, tous les pratiquants de trottinette vous le diront, se déplacer à trottinette, c’est fun ! Y gouter c’est l’adopter ! Et n’allez pas dire que l’amusement c’est pour les enfants car on risque de ne plus être copains ! 😉

6°) C’est facile et non dangereux

Difficile de trouver un moyen de transport plus simple. Tout le monde sait utiliser une trottinette. Oubliez la galère des rollers, du skate. De plus c’est sans danger, vous pouvez vous déplacer sur le trottoir à votre rythme, comme un piéton (en prêtant attention à ne pas gêner les autres usagers cela va sans dire !).

7°) Ça permet de faire du sport en douceur

Un peu plus sportive que la marche rapide, un peu moins fatigante que la course à pied, la trottinette adulte est une bonne solution pour ceux qui souhaitent s’entretenir, sans arriver transpirant au travail.

8°) C’est tendance

A part quelques vieux de la vieille qui vous observeront d’un air incrédule, vos collègues et amis vous poseront des questions sur votre nouveau moyen de transport. Avec rapidement un petit air envieux.

9°) Ça encourage la créativité

L’air frais, ça réveille l’esprit. Rien de tel pour commencer sa journée en forme et de bonne humeur, tous les pratiquants pour le diront.

10°) C’est écologique

Dernier argument, et non des moindres, c’est bon pour la nature ! Se déplacer avec une trottinette n’émet aucun gaz à effet de serre. La fabrication elle-même a un impact très limité en regard des autres moyens de transport. Chez nous, on encourage l’utilisation de la trottinette à propulsion manuelle, même si la version électrique reste évidemment moins polluante que la voiture.

Conclusion : Soyez vraiment philosophe, faites de la trottinette ! (allusion à la vidéo du haut pour enfoncer le clou 😛 )

Désormais, la prochaine fois que l’on vous dira que la trottinette, c’est pour les enfants, vous saurez quoi répondre !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

mi, neque. in libero elit. diam felis ut eget ut Aenean