Quel avenir pour la trottinette en libre-service ?

Vous l’avez peut-être remarqué si vous habitez en région Parisienne, les trottinettes en libre-service sont actuellement en expérimentation par plusieurs sociétés comme Lime-S, Bird, ou encore Knot. Véritable révolution ou simple offre de transport complémentaire, quel avenir pour la trottinette en libre-service ?

Le principe des trottinettes en libre-service

De la même façon que pour le vélo partagé (Vélib’, Ofo…), il faut distinguer deux types d’offres en « libre-service ».

La première, nous la connaissons tous, c’est celle qui nécessite de récupérer et déposer son moyen de transport à un endroit particulier. Il s’agit de stations de stockage, de plus en plus équipées de possibilités de recharge pour les versions électriques. Si cette offre est la plus ancienne et la mieux implantée, elle est de plus en plus concurrencée par un nouveau type de libre-service : le « free floating ».

Le free-floating, encore appelé « dock less », ne nécessite pas de station ou borne. Il est donc possible de laisser sa trottinette un peu partout en ville après utilisation. Si cette option parait séduisante au premier abord, elle pose néanmoins certaines questions en termes de réglementation, de sécurité et de risques de dégradations du matériel.

application free floating

Quel que soit le type de « libre-service », les sociétés qui commercialisent leurs solutions mettent généralement à disposition des applications mobiles afin de localiser facilement une trottinette. Elles proposent également des tarifs avec ou sans abonnement, pour s’adapter aux trajets de chacun.

Les offres disponibles

Knot, la Française pionnière en la matière

Cette société Strasbourgeoise est la première à avoir expérimenté le partage de trottinettes en France, dès 2017. Dotée d’un cadenas connecté, le déverrouillage de la trottinette se fait à l’aide d’une application mobile dans les stations installées. Après des tests en région Parisienne, le réseau semble se développer avec l’arrivée de bornes Knot à Colmar, en partenariat avec la SNCF. Le test est réalisé pendant 6 mois, avant un développement plus important si les résultats sont concluants.

We Trott

We Trott, la petite nouvelle qui veut faire des étincelles

Depuis quelques jours, la ville de Versailles accueille une première station We Trott’ à la gare du château. Le plus de We Troot : fournir le casque et le cadenas avec la trottinette. Le déverrouillage se fait une nouvelle fois à l’aide d’une application et d’un QR Code. Un premier réseau devrait être en place d’ici janvier, avec l’installation de bornes à Saint-Quentin-en-Yvelines notamment.

samocat

Samocat, le spécialiste des stations de recharge

Cette société Russe a mis au point des stations de stockage et recharge entièrement autonomes. Fonctionnant à l’énergie solaire, elles peuvent accueillir entre 5 et 20 trottinettes. Après des tests réalisés en Russie et en Finlande, la société devrait arriver ailleurs en Europe prochainement. En France, elle travaille notamment avec le constructeur de trottinettes Kleefer pour une mise en service dans les prochains mois.

Bird, Lime, Spin, les mastodontes Américains

Ce sont les leaders du secteur, bousculant les codes de l’autre côté de l’Atlantique en déversant des milliers de trottinettes électriques dans plusieurs grandes villes. Ils se sont d’ailleurs lancés à l’assaut de l’Europe il y a quelques semaines. Si vous êtes Parisien, vous aurez certainement remarqué les Lime S, aux couleurs citron vert. Particularité de ces trois concurrents, ils ne s’embarrassent pas avec les stations de stockage. Sur le modèle du free-floating, ils mettent à disposition des trottinettes en masse et les récupèrent chaque nuit sur leur lieu de dépôt pour les dispatcher à nouveau.

Complètement absentes des trottoirs il y a encore 2 ans, les trottinettes en libre-service devraient voir s’implanter d’autres concurrentes dans les mois à venir. Citons par exemple Txfy à Paris, qui à son tour a lancé début septembre sa trottinette électrique, Bolt.

Comparatif des offres

Tarifs

Quels avantages par rapport aux autres offres telles que le vélo ?

Concernant le tarif d’abord, la trottinette est encore plus intéressante que le vélo. La location d’un vélo électrique à Paris coûte par exemple 2€ / heure, auquel il faut rajouter le prix du pass (5€ pour 24h pour la formule découverte). Dans l’absolu l’un comme l’autre restent de toute façon très compétitifs par rapport aux autres modes de transport.

Le confort ensuite, rouler en trottinette électrique ne demande aucun effort comparé au vélo (même électrique), on va aussi vite et l’on a moins de difficultés liées à l’encombrement et au poids de l’objet.

A l’inverse, inconvénient de taille, le nombre de stations (pour le moment très limité) rend cette solution intéressante pour très peu de monde. Le free-floating peut alors devenir en option sérieuse, à condition de pouvoir trouver une trottinette à proximité.

Enfin, l’utilisation d’une trottinette se fait exclusivement sur trottoir, ce qui évite le stress de la route. A condition bien sûr de prêter attention aux autres usagers, et en particulier aux piétons de plus en plus contraints de partager le trottoir.

Le modèle Américain va-t-il s'étendre en Europe ?

Comme souvent, les Américains voient les choses en grand. La société Bird a annoncé des levées de fonds successives record pour devenir la première licornedu secteur des trottinettes. Après une phase test à San Francisco, elle s’est déployée très rapidement dans d’autres villes Américaines. Ses concurrents Lime et Spin ont rapidement émergé à leur tour, provoquant la colère de nombreux habitants et élus locaux, lassés du comportement de certains utilisateurs.

*Une licorne est une société valorisée à plus de 1 milliard de dollars.

Bird-scooter

Cette croissance exponentielle indique-t-elle une révolution à venir ? Rien n’est moins sûr. Le cas de l’expansion de Bird est particulier. Vous le savez certainement aux Etats-Unis, pays des startups et levées de fonds délirantes, tout est possible. Ensuite, il faut souligner que le fondateur de Bird n’est autre que Travis VanderZanden, personnalité publique aux USA car ancien directeur technique d’Uber et Lyft. Cela aide à convaincre les investisseurs… D’autre part, investissements importants ne signifient pas automatiquement succès commercial. Il faudra attendre plusieurs mois avant de se faire une idée sur la viabilité du libre-service de la trottinette. Enfin, un développement fulgurant en Europe est assez peu probable. Réglementations européennes, politiques nationales, attrait de la trottinette dans chaque pays sont autant de freins à un développement à l’Américaine.

La question de la sécurité

Comme tout moyen de transport, l’utilisation de la trottinette à grande échelle peut poser des problèmes de sécurité. Dans la ville de Santa Monica (Californie) où sont déjà déployées 1000 trottinettes électrique, la police voit d’un mauvais œil l’arrivée de ces nouveaux engins de mobilité. Plusieurs dizaines d’incidents ont d’ailleurs été relevés : problèmes de circulation, accidents de la route deviennent le quotidien de la ville. Il s’agit d’une vraie problématique qui, si elle n’est pas prise en compte par les entreprises de mobilité, et les pouvoirs publics, pourrait entraver voire stopper l’augmentation de ces nouvelles pratiques de mobilité. Et l’on ne parle par simplement de campagnes de sensibilisation mais bien de développer des infrastructures solides (pistes cyclables en particulier).

vélo libre-service chine

Certaines villes outre-Atlantique ont d’ailleurs déjà pris les devants en limitant le nombre de trottinettes sur le principe de la licence. A terme, les villes Européennes pourraient elles-aussi encadrer l’utilisation de ces nouveaux modes de transport en free-floating. Ce qui pourrait servir les intérêts des entreprises Françaises, qui ont fait le choix de conserver des stations de stockage. Les sociétés qui proposent leurs services doivent de leur côté également ne pas négliger ces aspects, si elles veulent éviter les écueils des dégradations volontaires qu’on connu des entreprises comme Gobee.bike…

Conclusion sur l'avenir du modèle libre-service

Les trottinettes en libre-service sont une vraie opportunité pour les urbains de passer sur des modes de transport plus doux, plus écolos, tout en épargnant leur temps et leur portefeuille. Mais pour que chacun puisse y trouver son compte, il est nécessaire que les entreprises et les pouvoirs publics prennent toute la mesure des étapes à franchir avant de pouvoir proposer une solution fiable et durable. L’avenir des trottinettes en libre-service est finalement conditionné aux mêmes problématiques que les vélos et voitures partagés. On a d’ailleurs pu observer des évolutions importantes dans ces domaines à Paris (retrait de Gobee.bike en Europe, déboires du Vélib’, abandon du service Autolib’ par Bolloré).

Ce dont on est sûr en revanche, c’est que toutes ces solutions ne sont pas incompatibles et peuvent (doivent) coexister pour offrir une solution de mobilité à chaque personne. On espère que nos petits Français sauront tirer leur épingle du jeu sur ce marché d’ores et déjà très concurrentiel.

Pour terminer, vous l’aurez remarqué si vous n’êtes pas Parisien ou habitant d’une grande ville, les lancements se concentrent quasiment exclusivement en région Parisienne. Les citadins de toutes les villes sont pourtant concernés par ces besoins en mobilité. Il nous parait important de ne pas délaisser ces villes dites de « province ». Les solutions de libre-service ne seront peut-être pas la solution dans ces situations car totalement absentes ou pas suffisamment implantées. Si vous êtes dans ce cas ou si les solutions partagées ne vous conviennent pas (tarifs, dégradations, le principe même…) on ne peut que vous conseiller d’opter pour une trottinette personnelle bien de chez nous : Simone. L’avantage ? Elle est à vous alors emmenez-là où bon vous semble ! Dans le coffre de votre voiture, dans le TRAM, tout est possible, elle rentre dans n’importe quel sac ! Toutes les infos ici.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

luctus nunc efficitur. libero. id Donec Lorem elit. amet,