Accidents de trottinette électrique : comment les éviter ?

Cette semaine, nous revenons sur un phénomène récent dans le domaine de la micro-mobilité : les accidents de trottinette électrique. En tant que fournisseur de mobilité, il nous parait important de vous donner toutes les clés pour éviter la chute.

accidents de trottinette

Accidents de trottinette : en fait-on trop ?

C’est un phénomène que l’on pressentait depuis un moment, avec le boom des trottinettes électriques dans les grandes villes, le nombre d’accidents de trottinette a logiquement augmenté. Dans quelle mesure ? C’est la bonne question à se poser. Car le problème n’est pas tant le nombre d’accidents de trottinette que leur proportion par rapport à leur utilisation. En clair, est-il plus dangereux d’utiliser une trottinette qu’un autre moyen de transport ?

Pour tenter de répondre à cette question nous avons analysé des dizaines de sources d’informations, et le constat est sans appel. Aucune statistique n’existe pour confirmer ou infirmer l’explosion de l’accidentologie. A ce jour, personne ne peut donc affirmer que la trottinette est un moyen de transport plus dangereux qu’un autre. Tout juste peut-on vous dire qu’en 2017, 284 blessés ont été recensés en France avec ce mode de transport (statistique Sécurité routière, incluant les rollers). Sauf que l’on ne sait pas précisément combien d’utilisateurs pratiquent la trottinette en France. Difficile donc d’en tirer des conclusions. A titre de comparaison, environ 1500 accidents graves de vélo se sont produits en France en 2017, pour environ 3,3 millions de vélos vendus.

Néanmoins, en attendant d’avoir un constat chiffré, il nous parait essentiel de sensibiliser aux risques de ce nouveau moyen de déplacement.

Poignets et nez cassés sont les conséquences les plus fréquentes des accidents de trottinette relevés jusque maintenant. Des blessures qui sont similaires à celles rencontrées lors d’une chute de vélo. Pour prévenir tout cela, la prévention est essentielle. Ces mesures ne peuvent être que bénéfiques pour la démocratisation de la trottinette adulte.

Mesures de prévention pour soi

Les bases de la sécurité : les équipements

Pour limiter la casse lors des accidents de trottinette, nous préconisons quelques mesures de sécurité :

  • Porter des vêtements couvrants. Cela limitera la brulure en cas de contact avec le sol.
  • Ajouter des éléments réfléchissants. Certains constructeurs de trottinettes fournissent des bandes autocollantes, n’oubliez pas de les apposer sur votre EDP. Dans la mesure du possible, équipez-vous de vêtements réfléchissants ou à défaut de brassards. Vous en trouverez facilement dans tous les magasins de vélos et trottinettes.
  • Porter un casque. OK ce n’est pas toujours sexy, mais si votre itinéraire est semé d’obstacles, ça pourrait bien vous éviter des dommages…

Ludique oui, mais pas un jouet

L’un des principaux dangers de la trottinette est son aspect ludique. Vous le savez si vous suivez ce blog, nous militons pour que la trottinette devienne un véritable moyen de transport urbain. Pour autant, son côté amusant rend la trottinette dangereuse. Certains n’hésitent pas à rouler (trop) rapidement en dépit des autres usagers de la route et parfois même du code de la route.

Nous conseillons d’adopter les mêmes réflexes que ceux des piétons pour limiter les risques :

  • Se déplacer à une vitesse « maitrisable », même si certains constructeurs de trottinettes électriques proposent des motorisations permettant de rouler à 25 ou 30km/h. Imaginez la chute d’une personne à cette vitesse sur un trottoir. Les conséquences peuvent-être dramatiques. Sur trottoir, une vitesse de 6km/h (à adapter suivant la situation) semble raisonnable. Sur piste cyclable, nous déconseillons de dépasser les 15km/h, la trottinette n’est pas une moto !
  • Prêter attention à son environnement : ralentir à l’approche d’une intersection, anticiper les changements de trajectoire des piétons et des vélos.
  • Etre vigilant aux conditions de trajet : sol mouillé ? la distance de freinage n’est pas la même, attention aux dérapages. Des pentes importantes ? avez-vous de bons freins sur votre trottinette ?

A lire aussi

Mesures de prévention pour les autres

S’il est essentiel de se protéger soi-même, il est encore plus important de prêter attention à son environnement. Et en premier lieu, aux piétons, qui pourraient se sentir agressés par l’arrivée de ces nouveaux engins de déplacement. C’est pourquoi en plus des mesures citées ci-dessus, il est nécessaire de respecter deux autres règles.

La première règle (de bon sens), est de ne pas laisser sa trottinette n’importe où. C’est particulièrement vrai pour les adeptes du free-floating. Gardez toujours en tête qu’une poussette doit pouvoir passer sur le trottoir. En appliquant cette méthode, votre trottinette ne gênera personne même « garée ».

Voir aussi notre article “Quel avenir pour la trottinette en libre-service ?”

La seconde règle est d’assurer sa trottinette électrique. Au minimum, une responsabilité civile permettra de protéger le piéton blessé. Un simple coup de fil à votre assureur vous permettra de savoir si vous êtes déjà assuré, et comment le faire si ce n’est pas le cas.

Vers une nouvelle réglementation ?

Le Code de la route ne cadre pas clairement l’utilisation de la trottinette électrique. La règle généralement admise est que son utilisation est tolérée sur les trottoirs à 6km/h maximum, et sur les pistes cyclables jusqu’à 25km/h. Le code de la route est par contre parfaitement clair sur son usage sur la route : c’est totalement interdit.

Le 23 octobre, la ministre des transports Elisabeth Borne a annoncé la création d’une nouvelle catégorie de véhicules dans le code de la route : les engins de déplacement personnels (EDP). Les trottinettes électriques devraient alors pouvoir circuler légalement sur les pistes cyclables, ainsi que dans les zones 30. Pour pouvoir tenir compte des spécificités locales, les maires auront la possibilité d’adapter ces nouvelles règles. Un cadre législatif devrait également être créé pour les services de libre-service. Le projet final sera défini via la prochaine loi d’orientation des mobilités, prévue pour le printemps 2019. Ces dispositifs devraient à terme, limiter le nombre d’accidents de trottinette en France.

A voir aussi, ce reportage réalisé par France 2 le 6 novembre 2018 :

La trottinette à propulsion manuelle : le bon compromis ?

Chez Trottinettes Simone, on en vient à se demander si la trottinette manuelle n’est pas le meilleur compromis dans la plupart des situations. Eviter les accidents de trottinette est en effet bien plus facile lorsque vous n’avez pas à gérer un moteur tournant à pleine vitesse.

D’ailleurs, sur le trottoir la version électrique est rarement utile aux heures de pointe. Parmi les nombreuses qualités de la trottinette manuelle, citons les principales :

  • La trottinette manuelle permet de diviser le temps de marche par 3. Le gain supplémentaire de l’électrique n’est valable que pour des longues distances et / ou des trottoirs peu fréquentés.
  • Elle permet de faire une activité sportive douce, contrairement à la version électrique non assistée
  • C’est plus écologique, en plus d’être moins chère à l’achat
  • La trottinette manuelle est plus légère et plus compacte, un atout indéniable en ville
  • Elle ne sera pas concernée par la réglementation en préparation

Néanmoins, la trottinette électrique présente elle aussi quelques avantages, indispensables dans une minorité des cas.

En savoir plus sur ce sujet

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

leo. at libero Donec fringilla quis, et,